Sans Retour Ni Consigne

dimanche 1 janvier 2006

Sans Habillage, Ni Louvoiement

On me parle de mots, mais il ne s'agit pas de mots, il s'agit de la durée de l'esprit. Antonin Artaud

Posté par ojo brems à 00:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]


mercredi 22 juin 2005

104 : le plus souvent une attente pure et simple sans espoir ni désespoir

le plus souvent une attente pure et simple
sans espoir ni désespoir
1

.....

.


1 – Louis-René des Forêts : Ostinato. Mercure de France, 1997, p.80.


Posté par ojo brems à 17:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 18 juin 2005

103 : et il allait se perdre seul dans les forêts du jura

et il allait se perdre seul dans les forêts du jura 1 

mais avant je veux voir

les 144 photographies et les 4 vidéos

que le juge alvin herllerstein

veut exige de montrer

de la prison d’abou ghraib

après je ferai une grève de la faim

de deux jours avec l’abbé pierre

j’irai ensuite me requinquer à madrid devant le nouveau

saint-jérôme de georges de la tour

tu te branles toujours à 16 heures 16

depuis un mois je dors dans la chambre jaune

avec mon transistor

j’ai rêvé dans mon rêve

qu’enfin j’avais trouvé dans une brocante

les écrits ou la correspondance

de saint-thomas

recherchant le livre dans le petit réduit

au-dessus de la porte

parmi d’autres livres et cahiers

il n’y était plus

comme le rêve l’annonçait

il faisait très chaud dans la cuisine

mon père l’avait utilisé pour allumer le poêle

imposte terme beaucoup utilisé ces derniers jours

qu’attendons-nous de la technique

le langage ne sert-il qu’à communiquer

être libre est-ce ne rencontrer aucun obstacle

le juste et l’injuste ne sont-ils que des conventions

la sensibilité aux œuvres d’art demande-t-elle à être éduquée

l’action politique doit-elle être guidée par la connaissance de l’histoire

ines va nous coûter 200 millions d’euros par an

ne plus dire que 80 mots par jour

et ne faire qu’une vingtaine de pas

s’allonger ensuite en silence

dans un pré vert tendre

recevoir une ou deux balles

prier jusqu’à 72 fois

maigrir beaucoup c’est mieux

pour je suis été cet été

florence

est  été aussi la femme de jean-claude

si tout se passe bien

alors âgé de 61 ans

il sortira en 2015 2 

                                                                     18/06/2005 20:21 


1 – Emmanuel Carrère : L’Adversaire. (dernière phrase d’un article de Libération) POL, 2000, p.33.

2 – Ibid. p.204. 


Posté par ojo brems à 20:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 7 juin 2005

102 : On pourrait facilement vivre cent ans de plus avec les livres qu'on n'a pas lus

on pourrait facilement vivre cent ans de plus

avec les livres qu’on n’a pas lus 1

elle trouve mes poèmes cons

ridicules méchants perfides

sardoniques prétentieux vulgaires

et surtout inutiles

je transforme tout en boue

foucault se met à crier

lacan injurie ses patients

althusser a besoin d’électrochocs

barthes veut mettre sa tête dans le plâtre

j’ai acheté un nouveau cahier

clairefontaine 100 pages vert papier velouté

vénus voilée de vapeurs violettes

l’œil scrutant le sexe dressé

ah les sextines de pétrarque

déjà une douzaine de sizains

lowry était aussi très rigoureux avec la forme

d’un désespoir profond sans fond infini

sans dieu ni amis ni amante

connais donc les jouissances d’une vie âpre

et prie prie sans cesse

c’est charles avec marcel et stéphane

qui me téléphonent coincés

dans un embouteillage sur l’autoroute

proche du tunnel du fréjus

ils essayent leur nouvelle

power of dreams to day tomorrow

avec pour seulement 1€ de plus

un écran plasma 107 cm

on entend en fond sonore

ocean beach

des black mighty orchestra

comment se fait la cohésion de la vie

avec la fiction la dialectique de l’archê et du telos redouble

celle de l’idéologie et de l’utopie

mais que représente ce fond d’être à la fois puissant et effectif

energia-dunamis

n’est pas dans l’album to the sky

pour cause ce fond se détache de l’ipséité

écoutons plutôt

essentia actuosa

en pensant à paul et grisélidis

gewissen bezeugzung sorge conatus et quoi

un nom propre de onze lettres avec

deux z deux y un k un c 2 

                                          

                                                                                  07/06/2005 17:16 


1 – Bernard Frank : De l’aventure  à la Révolution. Chronique du Nouvel Observateur n°2115 du 19 au 25 mai 2005, p.46.

2 – Ibid.


Posté par ojo brems à 17:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 29 avril 2005

101 : Sang hein, vais-je continuer sans un ...?

Laflachère 1

aimer sans retour

PELOUSE PUSSY

baignoire de wesselmann

mots de couleur chez butor et robbe grillet

illettrisme l'oréal

adieu philippine

CHRISTINE NEUBAUER

ALEXITHYMIE

professeur omer tulipe

questionnaire de proust

Izieu 6 avril 1944

BIGTIT

transcription chant oiseaux

auto fellation

"Dossier Auschwitz"

"fibre de lait"

girafe ne baille

consigne de silence

Madame Pozzi

cours de maintenance

trombiner caterina murino

le nouvel observateur numéro 2097 2

                                                                          29/04/2005 17:34

1 -

29 Apr, 15:35:11

1

Commercial

host.17.176.23.62.rev.coltfrance.com

www.google.fr 

Win XP

Firefox 1.0.3

2-

11 Apr, 23:20:08

1

Maroc

adsl-82-126-192-81.adsl.iam.net.ma

www.google.fr 

Win XP

Explorer 6.0


Posté par ojo brems à 17:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]


mercredi 20 avril 2005

100 : la disparition des sentiments affectueux est un des premiers symptômes de la folie

la disparition des sentiments affectueux

est un des premiers symptômes de la folie 1

mardi ou mercredi matin danielle a perdu

25 fichiers de bovary

le baril est à 57,01 $

hier soir après

le journal d’une femme de chambre

j’ai tâté du démon noir et velu

on retraduit eschyle et kant

première jonquille pour la saint patrick

pas de salon du livre

même pour roland le 22 à 19h

19 % des français n’ont rien lu en 2004

la barre des 50 000 titres publiés

2,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires

même corti y sera pour la 1er fois

oli lumière disparition

madakku pli repli

les rameaux 1519 paires de bottes

plus adamov plus mallarmé

moins que coluche piaf l’abbé pierre de gaulle

pasteur hugo marie curie bourvil

manque qui encore

première tulipe pour la saint habib

rien entendu du feu cette nuit

qui aurait pu nous emporter

avec cousteau et molière

nouvelle brosse glamour bleu sombre

pour les cheveux

du groupe laflachere bp1 à hermes

l’autre datait de trente ans

achetée à boulogne-sur-mer

où bridenne ferme boutique

tout cela vogue vers le crépuscule

et mon fatalisme russe recherche la neige

boonen gagne par deux fois

accoudé au pont je l’entends passer

pourquoi la maison n’est pas partie

en fumée avec lolek et bellow

on retraduit andersen

le lendemain par une route ravissante

fraîches campagnes vastes panoramas

du boulonnais s-omer

commencement du canal moulins à vent la flandre

   ce pays aussi est très dans le sentiment de rimbaud 2

                                                                                                                                       20/04/2005 18:19


1- Paul Claudel : Journal T1 {1904-1932}, Editions Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1968. Introduction, p.58.

2 - Ibid.p.450. (juillet 1919)


Posté par ojo brems à 22:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 16 mars 2005

99 : je voudrais être enterré avec mes brouillons

je voudrais être enterré avec mes brouillons 1

avant de me raccompagner à la porte

encore à son bureau assez dépouillé

il lâche trouvez vous une autre femme

un peu avant j’ai retenu

oui vous n’êtes pas écrivain

le manuscrit définitif compte 470 pages

4549 feuillets d’une écriture montante

3 fauteuils et une table ronde

4 portes couleur lavande

pas d’ordinateur une pile d’anciens télérama

pendant 13 siècles du VIIe au XXe

42 millions d’esclaves furent déportés

grande bibliothèque en chêne

1600 volumes dont beaucoup sont dédicacés

10 esclaves contre un cheval

un œil un bras une jambe

se payaient dans le désert

cinquante chameaux

en l’an 544 on a payé à dieu

un diya de 100 chameaux pour

abdallah le père du prophète mahomet

prix de la vie humaine

tranche une oreille coupe un jarret

après la mort comme punition

le voyage peut durer deux mois et demi

à 45 ans il est nommé

professeur extraordinaire

retrouve rome pour la deuxième fois

c’est l’age limite pour

donner son sperme au cecos

et s’inscrire aux concours administratifs

n’attendez pas un an pour revenir

nous avons déménagez depuis octobre

en rentrant j’ai passé l’aspirateur

accroché le linge cuit 2 escalopes de veau

et le facteur m’a apporté le journal

d’andré gide tome 1 éditions de 1948

pour 10 euros port compris

nous sommes heureux de publier

pour la 1er fois dans la bibliothèque de la pléiade

l’œuvre d’un écrivain contemporain

sur une période de 50 ans

300 peaux pour un seul coran

pour une seule page de roman

il pouvait noircir 40 brouillons.

la tête me tourne et la gorge me brûle d'avoir

cherché bûché creusé retourné farfouillé et hurlé

de cent mille façons différentes

une phrase qui vient enfin de se finir

écrit-il le 4 avril 1854 à sa maîtresse

la belle poétesse louise colet 2

                                                                                                                                          16/03/2005   18:30


1– « Flaubert serait furieux » par Frédérique Roussel. Libération, 05/03/2005. Yvan Leclerc vit depuis trente ans quotidiennement avec l'écrivain normand. Il travaille au cinquième tome de la correspondance de l'écrivain pour La Pléiade et fait partie de l'équipe qui planche sur une nouvelle édition des oeuvres complètes. En relation avec la bibliothèque de Rouen, il supervise la transcription des manuscrits

2 – Libération du 5 mars 2005.


Posté par ojo brems à 22:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 14 mars 2005

98 : je pense qu’il l’aima autant qu’on peut aimer une femme ici-bas

je pense qu’il l’aima autant qu’on peut aimer

une femme ici-bas 1

la girafe seul mammifère

qui ne baille pas

on se confie beaucoup à son coiffeur

alors j’y vais

toujours pour 8 euros

en rentrant récupère claudel à la poste

je coiffais les allemands

s’ils m’apportaient une tartine de pain

en attendant mon tour

didier fait le questionnaire de proust

zola werber delerm

mozart ravel jarrett coltane

ponty ne veut pas me recevoir

ah oui les impressionnistes et vinci

indulgent pour les fautes d’amour

86 024 mw pour le 1er mars

on a dû importer 3%

elle avait également acheté

avec la jamaïque vous vous souvenez

du roquefort papillon à 20,58 €/kg

650 cloches à 7h37

192 cyprès et oliviers

le chant des oiseaux

dans le bosquet des absents

le week-end qui commence s’achève déjà

j’enregistre l’enfant éternel plid 8026

c’est pour elle qu’il écrit le dernier chapitre

de l’amour fou

me doucher me coucher

cette nuit vers 4 heures

je me suis aperçu que j’étais seul

et cette couleur blond foncé cuivré

ah non tu peux attendre jeudi

bobby julich remporte paris-nice

de 10 secondes sur valverde

le plus rapide sur la promenade des anglais

c’est quoi l’alexithymie

un illettrisme émotionnel

une fermeture au sens

8 % de la population en général

alieno ex ore sapiunt

une cécité verbale

les trois ennemis de l’âme

rationnelle de l’homme sont

la nature le corps les désirs et émotions humaines

tôt ou tard l’homme va être contraint de choisir

entre son corps et sa vie.

après tout c’est l’esprit qui compte

jenny hélène rose-marry lilith

n’avaient été que des occasions d’enthousiasme littéraire 2 

                                                                                                                14/03/2005  19:39


1– Marcel Schwob : Lilith. Cœur double, Editions 10/18, 1979, p.115.

2 – Ibid. p.119.


Posté par ojo brems à 22:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 5 mars 2005

97 : merci d’être mort il en faut de temps en temps cela ne sert à rien merci le mort d’être mort

merci d’être mort

il en faut de temps en temps cela ne sert à rien

merci le mort d’être mort 1

merci aussi à ce soldat

du 1er corps expéditionnaire des marines

d’avoir péri ce jeudi 3 mars 2005

dans la province de babil au nord

pour nous donner ce chiffre rond de 1500

111 millions de dvd vendus en france en 2004

nous manque toujours les 95%

du cosmos et les 9/10 du reste

mais si ces immenses halos de gaz froids

- 263 ° C

dans la banlieue de notre soleil

sont distribués dans toute

la voie lactée et les autres galaxies

on peut faire le poids manquant

même greenspan plaide pour

malgré le oui et les 1 717 381

demandeurs d’emploi en espagne

malgré mes 17 000 euros de dette publique

oui même monsieur julia a une piste

et peut nous aider

déjà le 16 mars 1913

dans les récits de la guerre balkanique

à propos de ce pope prisonnier des turcs

il est inutile que d’autres souffrent

en écoutant ce que nous avons enduré

c’est beau comme du goethe

dit madame pozzi dans son journal

en jouant après la fantaisie de schumann

voilà le soleil qui revient ce 29 mars 1913

comme une pelouse peut être belle

à droite derrière la bordure de la terrasse

il rédige la préface de totem et tabou

3 pins grands noyers figuiers sauvages

marronniers orangers citronniers

en quelques jours en cette fin d’année 1913

il écrit sur le moïse

malgré sa phobie des trains

l’eau le café la nourriture le pain excellents

le coiffeur était un artiste qui a pris son temps

avec cette neige il me faut attendre

lundi ou mercredi

c’est quand au juste ce référendum

quand le pape ira mieux

avec un crayon et du papier

ça a commencé par le jour ou la nuit

il n’y a pas une seule

émission littéraire à la télévision 2

                                                                                            05/03/2005  18:34


1 - Thomas Clerc : Le littéralisme de Tarkos. Artpress n°310, mars 2005, p.60.

2 – Ibid.


Posté par ojo brems à 22:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 3 mars 2005

96 : ce qui compte est tout ce qui n’est pas dit

ce qui compte est tout ce qui n'est pas dit 1

il est bon qu'en parlant tu la compenses

changé les 2 en 1 clairefontaine

papier velouté 90g/m²

21 x 29,7 cm 100 pages/50 sheets

le chef de la sécurité

me téléphone

allô vous êtes le père

je vis plus de mille anges en liesse

tous différents par l'art et par l'éclat

il faudrait venir avec vos papiers

le thé mang à 1,24 euro ça pue ça crache trop

puis il me dit celui dont la famille

puis il ajouta mon fils telles sont les gloses

puis il commença celui qui tourne le compas

il recommença à ce royaume

ainsi tant qu'il parla je me souviens

que je vis les deux lumières bénies

quatre millions de vache produisent

22 milliards de litres de lait par an

lait vache herbe pré nuage

pluie ciel univers dieu sur le seuil de la porte principale

elle voulut m'embrasser

votre claudel vous arrivera

un peu en retard

suite à un accident de la circulation

fracture de la jambe droite

ça peut attendre je lis

le nez et le manteau

l'attrape-cœur aphrodite cœur double

je m'endors au milieu du récit

et rêve d'une jeune fille

enlevant son soulier

pour arranger ses bas

derrière un arbre je remarque

robbe-grillet à barbiche

portant un gilet vert à col châle

il me dit

au moment où je me réveille

c'est ma compagne mon épouse

tel est celui qui voit en rêvant

tel est le géomètre attaché tout entier

on sait que ne rien faire est aussi

une façon de se recommander à la transcendance 2

.

                                                                                                  03/03/2005   16:02

1 - Alain Buisine : Retraits (Dossier Paul Gadenne). Revue Nord' n°2, Décembre 1983, p.66.

2 – Ibid., p.70. 



Posté par ojo brems à 18:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 24 février 2005

95 : si seul que je fais bouger mon ombre pour voir

si seul que je fais bouger mon ombre

pour voir 1

la neige

des bonbons à la menthe

que l'amour jaillit

en chasuble violette

après la messe en l'honneur

de paul claudel

il va durant deux ans

pouvoir voyager gratuitement

elle rentre à 16h48

je t'ai acheté une jamaïque

vingt-trois remplace donc lustiger

ici reposent les restes et la semence

6 novembre 1910

mardi 13 novembre 1945

éclat de ses yeux que son large visage

recueille et réfléchit

7 cm de neige provoquent

270 km de bouchons

pour un couple c'est 80 m²

et 20 m² par enfant

elle répugne à couper la parole

qu'une rencontre a fait

naître à son corps

dois-je en déduire

calmement humblement explicitement

gnomiquement

que mon œil a parlé

à 30 ans aucune expérience

de la région féminine

la parole a été donnée

pour cacher la pensée

je me répète mais c'est ce dont

souffre manque la poésie française

trop lyrique trop métaphorique

embellir le réel ou le fuir

légué à sa fille en 99

le saxo alto de 1947 gravé

à son nom parker

vendu 262 000 dollars

et 13 000 $ pour une montre en or

le saint père à nouveau hospitalisé

même lorsque mon père se mourait

je pétais 2

                                                                                           

                                           24/02/2005   14:58 


1- Ozaki Hôsai (1885-1926) : Anthologie du poème court japonais. Ed Poésie/Gallimard, 2003, p.194.

2 - Yamazati Sôkan  (1465-1553), Ibid., p.198.


Posté par ojo brems à 15:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 19 février 2005

94 : toute forme de récompense constitue une dégradation d’énergie

toute forme de récompense constitue

une dégradation d'énergie 1

tout est dans le septum

240 millions de rapports par jour

les hongrois avec 152 annuels contre 144

nous dépassent

l'anatomie c'est le destin

aurait dit faulkner

il fit des livres et il mourut

déclara napoléon à son sujet

entre deux coïts à cheval

hubble va mourir seul et abandonné

après quinze ans de vie commune

matisse cherche toujours une infirmière

plutôt jeune et jolie

tout doit venir d'un centre

rigoureusement anonyme

qu'en pense sœur lucie

elle veut aussi sauver hubble et faulkner

et même les robbe-grillet

il continue encore de se masturber

en regardant les jeunes filles

uriner dans la rue

mais moi aussi et dans le bus

avec oncle léopold œil de congre

on est au moins trois

quelqu'un a griffonné en rouge

des calculs page 90 et 91

juste avant

on dit qu'je suis la perle de l'asie

345 + 84 = 429

c'est un nombre appréciable de coïts

huit prunes pour deux sous

mais le pire dit monsieur power

c'est quand l'homme attente à sa propre vie

ne plus souffrir ne plus s'éveiller

zéro zéro

avec ses zéros

revient ici ce cher greenspan

qui nous redonne confiance malgré les taux

oui à danone à arcelor à l'oréal à total

et aux onze dimensions

de la matière et de l'univers

que je puis souiller de ma misère

et ne pas la sentir ou la rassembler en moi 2

                                                            19.02.2005 18:24



1 -  Simone Weil : La pesanteur et la grâce. Ed France Loisirs, 1991, p.43.

2 – Ibid.p.188.


Posté par ojo brems à 18:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 14 février 2005

93 : la vraie force est de ne pas avoir besoin d'être aimé

                                                               

la vraie force est de ne pas avoir besoin d'être aimé 1

bon alors sagan aussi était bisexuelle

c'est pour ça qu'elle a déménagé

25 fois

pozzi écrit une quarantaine de cahiers

le mal est sans remède

quand les vices

se sont changés en mœurs

ils se marient le 7 juin 1927

ils divorcent le 25 janvier 1928

lydie trouve marcel

beau aimable élégant sans plus

voyage de noces vers le sud

dans une 5 cv

routes poussière auberges

étreintes routes poussière

d'une main alina tient son chapeau sur sa tête

turlutte en roulant sur la 291 déserte

en direction d'el dorado

catherine durant un mois

ne sait plus séparer

l'instant caresse de celui pensée

en 1928 lasse elle rompt avec l'enfer

alors qu'elle me tend sa carte bleue

pour faire un plein

nue dans le bureau du bas

je lui caresse les seins

tes mains me font beaucoup de bien

pourtant rien depuis le raz-de-marée

ah si j'ai joui cette nuit en rêve

cependant que henry james travaille

dans son bureau qui donne sur

une pelouse des arbres un patio avec une fontaine

à 70 ans sa vie change

il avait deux bureaux

un à la main et un pour tapait ensuite

mais il a fini par poser

l'ordinateur face à la fenêtre

on parvient à la perfection par le péché

aurait-il dit à la télévision

l'enfant numéro 81 aurait parmi

ses 9 pères et mères

retrouvé son code génétique

le monde moderne

c'est avant tout l'impossibilité de l'amour 2

                                                                       14/02/2005 18:47



1 :  Jean-René Huguenin : Journal (Vendredi 26 mai 1961) . Seuil, 1964. p.177.

2 : Ibid. (mardi 4 octobre 1960), p. 142.


Posté par ojo brems à 19:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 27 janvier 2005

92 : la vengeance aussi est une soumission au passé

 

la vengeance aussi est une soumission au passé 1

gracq fait don de 400 livres à la bibliothèque

de la commune de saint-florent-le-viel

c'est un rhipsalidopsis

agit aussi celui des mitochondries transmises

par la mère dans l'ovule

ces 37 gènes jouent un rôle déterminant

les comportements ne se situent pas dans l'auréole

un déficit d'europe sociale

me fait mal à la tête

irai-je avec cette douleur voter

le cerveau analogue aux autres organes

lincoln avec son cerveau était-il  bisexuel

tripp meurt deux semaines après

le point final à son

comportement sexuel chez le mâle humain

et proust avec sa folle cervelle était-il

 james bond ou pussy galore

l'humour est-il de gauche

est-ce compatible avec la turquie

en terminer au plus vite

rentrer la voiture au garage

avant qu'il ne reneige une couche

2004 aura était la quatrième année

la plus chaude depuis 1861

15 589 espèces risquent l'extinction

le cantilène de sainte eulalie

il n'a pas neigé aussi fortement

à alger depuis un demi-siècle

et dans la petite prairie aux bouleaux

également aujournuit

c'est quoi en 39 ce décret de daladier

l'éden se retire peu à peu du jardin

on a le temps les vraies prochaines

catastrophes climatiques

sont annoncées que pour 2010 2015

je termine ma lettre en temvoiant

100, 000.000.000. 000.000.000.000.000.000.000

  000.000.000.000.000.000.000.000.000.000.000.

x 1000000000000000000

ton fisl qui t'aime boucoup et qui pence

beaucoup a toi mille bersers pour

toi ese pour papa 2

                                                                                                        27/01/2005 18:31



1 – Boris Cyrulnik : Les anges exterminateurs. Dossier Auschwitz. Le Nouvel Observateur n°2097 du 13 au 19 janvier 2005. p.28.

2 –Ibid. dossier Auschwitz, p17. Lettre  de Georgy à sa mère, le 24 mars 1944. Le 13 avril, il est déporté à Auschwitz avec les 43 autres enfants d'Izieu.

Posté par ojo brems à 19:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 18 janvier 2005

91 : il y a fort à parier qu'à l'heure qu'il est le professeur choron est en train de trousser jacqueline joubert

il y a fort à parier qu'à l'heure qu'il est

le professeur choron est en train

de trousser jacqueline joubert 1

et pas encore lu daninos

changer les quatre mousseurs

pour mitigeur évier lavabo et bidet

dont deux anticalcaires

néoperl mâle 24x100

et une pile 4r25 6 volts

qui datait du 09.12.2002

un plein d'essence

paraît qu' la voiture sera réparée demain

pérédonov ouine teste des esseintes

ménalque meursault virgile hersent

la mission unique et première

de la poésie

est de plonger aux enfers

pour sauver libérer les damnés

relire ce passage sur l'isolement de la shekhina

ou continuer le dns de math pour vendredi

être-ainsi irréparable

mais non pour autant nécessaire

mais non pour autant contingent

c'est l'amour

le manque du manque

mais le forum bug en ce moment

et je rends heureux désire guérir

de son dégoût

celui qui découvrirait les sources de l'amour

celui-là serait dieu

comme hier après-midi c'est à dire depuis

ce vendredi 26 mai 1961

la pluie ne cesse de tomber

touchant signe de sympathie du ciel

le trafic aérien sur l'atlantique nord

a diminué de 18%

il fait froid et il pleut également sur

nagoya kagurazaka

adieu philippine date aussi de 61

comme les grands nus américains

mais où résidait butor l'été 59

tout de même 7 morts par jour d'asthme

enfin belle prouesse que ce a380

il n'est pas besoin d'être al capone pour transgresser

il suffit de penser 2

                                                                                     18/01/2005 15:55


1 – Raphaël Juldé : Journal

2 – Philippe Roth : J'ai épousé un communiste. Gallimard, 2001. p.15.


Posté par ojo brems à 19:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 12 janvier 2005

90 : et tout se déroula dans l'inefficacité l'inconfort la précipitation

et tout se déroula dans l'inefficacité l'inconfort la précipitation

tandis que les ongles de kostya s'accrochaient dans

le jersey de soie de ses sous-vêtements verts 1

le boulanger est encore fermé

pourquoi tous ces accents toniques

énormément de vibrato

365 millions d'euros de ventes aux enchères

pour drouot en 2004

le dadaïsme des sms

le basic english pour tous

tzara n'a pas modifié la structure des vocables

très exceptionnellement par quelques agglutinations

du genre

cristalbluffmadone ventrerouges

le peintre animateur de la revue 391

était en traitement en suisse pour dépression nerveuse

la rencontre du jeune poète tristan

lui redonna de l'élan

et calma le bébé

dans le salon de la maîtresse en titre

louis andré et philippe

l'attendaient comme le nouvel arthur

petit bonhomme brun à lunettes

mèche sur l'œil

bredouillant le français en roulant les r

rire éclatant et sonore

s'y firent  et s'éprirent

coup de fils de thérèse à l'instant

elle cherche mon cœur à gaz

une fois de plus complètement

hébétée hagarde paumée naze

elle est au boulot alors j'y vais

tu lui diras bonjour de ma part

dans la baignoire dans la chambre

les fumeuses ongles rouges

lèvres même rouge de wesselmann

art superficiel ou hédonisme brillant

page 140 sinensov l'artiste a perdu sa femme

je quitte j'enterre la mienne

et je pars en suisse ou à zurich

oh mon ange oh mon ange

peut-être que toute notre existence terrestre n'est pour toi

qu'un jeu de mots ou une rime de mirliton

quelque chose comme

dental et transcendantal 2

                                                                                          12/01/2005 16:25



1 – Vladimir Nabokov : Une beauté russe. Presses Pocket, 1991, p.134.

2 -  Ibid., p.141.


Posté par ojo brems à 19:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 8 janvier 2005

89 : tu n'as pas vu se lever le jour en banderoles rouges

tu n'as pas vu se lever le jour en banderoles rouges

derrière le feuillage des pêchers du verger voisin 1

ni tarkos ni bisinger et beltrametti

qu'ai-je fais depuis le 4 septembre 1995

où étais-je en février 1999

et ce 30 novembre 2004

où l'assemblée a voté unanimement

un texte sur le droit des malades

et la fin de vie

j'ai recopié cabanis

alors que les deux amoureux en bas

s'engueulaient

lui voulait se suicider

car elle c'était une petite salope

tout le monde est une déception totale

hurle hulule giorno

la poésie a choisi la métaphore contre la répétition

la métaphore étant toujours depuis

aristote une idée

sauf dans les bras médiques de caterina murino

entre les gros seins de christine neubauer

dans le vagin chocolaté de licia maglietta

dans le cul opulent de nozha khouadra

dans la bouche laiteuse de julie debazac

ô mon père

la même pensée que l'autre jour me revient devant cette aube

à la lettre c'est la définition de la poésie par jakobson

alors que raffarin sait que sa loyauté

le rend inoxydable

le pauvre bayrou céde à l'acédie

que 16% des emplois dans l'industrie

ah bon aristote fut le précepteur d'alexandre

un film historiquement correct

mais bruyant d'après lucien jerphagon

ce matin après iacub et fouque à la radio

j'ai roupillé trois bonnes heures

sur mon bureau

tiens grozdanovitch écoute aussi blablater

sur la même radio deux universitaires

passe un quart d'heure devant chaque toile

fréquente un bar de truands juifs

avec une prostituée aux yeux verts

l'après-midi j'ai acheté simsolo et adg

les lettres d'une vie de george sand

et discuté dix minutes avec des yeux noirs

pour rien au coin d'une rue sombre

savoir perdre du temps

le temps est fait pour être perdu 2

                                                                                                                           08/01/2004 23:55


1 – Paul Gadenne : Mon père (17 octobre 1943). Revue Nord' n°2. Décembre 1983. p87.

2  - Ibid. p.88.


Posté par ojo brems à 19:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 30 décembre 2004

88 : sans parler des naissances et des décès irrévocablement perdus pour l'histoire

sans parler des naissances et des décès

irrévocablement perdus pour l'histoire 1

je sors j'attends que tombe la nuit

pour acheter le supplément

le roman de l'an 2004

30 000 morts en iran hier

80 000 aujourd'hui en asie du sud-est

balancer la moitié de la tarte aux pommes

nos deux otages sont sauvés

le premier ministre marche dans les pyrénées

il se tient quotidiennement informé

kafka jette de calmes coups d'œil sur sa montre

il adore attendre

attendre donne un but à la vie

ellipse inversion oxymore

métaphore allégorie antithèse

gallicisme anaphore métonymie

tu connais tardieu guillevic ponge

pour mardi j'ai du desnos à apprendre

le bilan provisoire fait état de

120 000 morts

cassoulet et feuilleton

à peine 1% du milliard de dollars

promis à l'iran a été versé

et les disparus les déplacés

en somalie 114 tués 10 en tanzanie

1 au kenya

le tiers sont des enfants

je referme le journal

des îles se seraient déplacées de 20 mètres

j'ai acheté y'a pas longtemps

un gros livre de ponge

mais c'est quoi ce livre

que des poèmes mille pages

chaque jour je souhaite m'éloigner de la terre

disait-il à ses amis

avec flaubert il exaltait

le bonheur infini chaud profond rédempteur

de se tenir près du berceau de son enfant

face à sa mère

refermer le journal et se coucher

je m'ennuie dans la conversation disait kafka

tandis que la nuit et le profond sommeil

passaient sur la terre

enveloppant dans le repos femmes

remparts herbes et marais 2

                                                                                                                30/12/2004 22:26



1 – Emmanuel Hocquard : Les dernières nouvelles de l'expédition sont datées du 15 février 17… Hachette 1979, p.14.

2 – Ibid.p.50.


Posté par ojo brems à 22:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 15 décembre 2004

87 : ils attirent la décharge mortelle sur les filles possédées par l'esprit de pêché dans les demeures maudites

ils attirent la décharge mortelle sur les filles possédées

par l'esprit du pêché dans les demeures maudites 1

la foudre dès le matin

a remplacé le foutre

j'ai cependant encore

de graves d'équilibrées

de généreuses de consentantes

de bouillonnantes d'invincibles

érections

plus grand encore mort que vivant

7 millions d'abonnés représentent

8 millions d'euros par jour

prendre sur soi décorer le sapin

boules guirlandes de grand-mère

crèche d'oncle broni

petits lapins d'antek et d'andzia

paille foin champ soleil août père

rien trou noir l'an dernier

seul devant un lion noir et blanc

et se branler face à l'océan

6,2% d'hommes et 12,4% de femmes

avouent ne jamais faire l'amour

et nos deux otages

justement avant le message d'ojo

je me posais la question de savoir

comment être

à la fois intime et pudique

pour mon ange je recherche qui sont

primo desnos louis levi robert aragon

je trouve ceci oubliant

d'enchérir avant 15h 25 sur le volume de claudel

j'ai rêvé tellement fort de toi

comme on se lasse de la joie de la peur

et de la douleur elle-même

on se lasse aussi de l'attente

sa langue n'eut pas plus tôt atteint le membre

qu'elle tenait énergiquement

que le foutre lui sauta aux yeux

j'avais à peine senti ce qui se passait là

allons ça ne valait pas mieux qu'un rêve 2

                                                                                                   

                                                                            15/12/2004 18:36



1 : Louis Aragon : La défense de l'infini. Gallimard 1997, p.12.

2 : Ibid. Le Con d'Irène, p.262.


Posté par ojo brems à 22:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 13 décembre 2004

86 : oh qui dira jamais la séduction d'une femme qui pousse

oh qui dira jamais la séduction

d'une femme quand elle pousse 1

donc c'est décidé

on ne fêtera pas noël

suis-je déjà en fin de vie

en tout cas c'est mon rêve de cette nuit

celui d'hier évaporé brumeux

me mit en présence de miko

dans une salle de classe

qui ressemblait

à une ancienne salle commune d'hôpital

un français sur trois a un ancêtre

d'origine étrangère

entre 1892 et 1954

12 millions sont passés

à new york

par le centre de transit

sans doute aussi

mon arrière grand-père paternel

mais il n'écrit plus

 il sait conduire mais pas nager

mohammed al-joundi est sain et sauf

traverser l'euphrate l'atlantique

pour être libre

mais bientôt  l'éridan la loire la garonne

encore l'euphrate la dordogne et le rhin et le rhône

arrive claudel et un ancien magazine littéraire

je t'entends très mal je viens de crever

je raccroche et je m'en tape

paul quitte washington pour bruxelles

noel à la nonciature avec

femme et enfants sauf chouchette

accident de chemin de fer à lagny

200 morts

tante radomila aujourd'hui 79 ans

pas revue depuis  vingt-quatre ans

pommier ruche miel kiosque forêt

sable castor sucrerie marais amoureux

jablko miod kiosk las piasek

bobr cukrownia moczary kochanek

ainsi se défait ma vie

ainsi je m'en vais à vau-l'eau de l'amour

que la tourmente qui se lève

au moment où je lève les yeux vers le plus noir du ciel

enfin m'emporte2

                                                                                                                       13/12/2004 16 :54



1 :Louis Aragon, La Défense de l'infini, Le Mauvais Plaisant/Titus, Gallimard 1997, p.452.

2 : Ibid. p.516.


Posté par ojo brems à 17:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]